Aconitum x stoerkianum Aconitum x stoerkianum Aconitum x stoerkianum Aconitum x stoerkianum Aconitum x stoerkianum Aconitum. × stoerkianum

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Aconit napel

Aconitum napellus ssp. lusitanicum

  • Synonyme : Aconit pyramidal, capuche, capuchon, char-de-Vénus, madriette
  • Famille : Famille du bouton d’or – Ranunculaceae
  • Type de croissance : Herbacée vivace. Rhizome tubéreux.
  • Hauteur : 0,8–1,5 m. Partie supérieure de la tige poilue.
  • Fleur : Périanthe irrégulier (zygomorphe), violet foncé, environ 2 cm de haut. Cinq sépales, pétaloïdes, supérieur en forme de casque, généralement un peu plus larges que longs, densément poilus et grisâtres. Deux staminodes nectarifères contenus dans le segment en forme de casque. Nombreuses étamines. Gynécée doté du feuilles séparées, pistils généralement au nombre de trois. Inflorescence : racème non ramifié ou à peine à la base, densément recouvert de poils courts ou parfois glabre.
  • Feuilles : Alternes, feuilles basales à long pétiole, feuilles caulinaires à pétiole court ou sessiles. Limbe souvent poilu à l’extrémité, trilobé jusqu’à la base, lobes étroits, effilés et profondément lobés.
  • Fruit : Follicule arqué, glabre, terminé par une courte soie, 17 mm de long environ, généralement réuni par trois.
  • Habitat : Jardins, parcs, rivages, friches, forêts de feuillus et bords de ruisseaux. Ornementale, très rare à l’état sauvage, mais peut survivre longtemps.
  • Période de floraison : Juin–septembre.

Les aconits se protègent contre les prédateurs grâce à un cocktail de poisons constitué d’aconitine, comme l’indique son nom scientifique, et d’autres alcaloïdes proches. La plante protège bien son rhizome, puisque toutes ses parties aériennes sont également toxiques. Le poison de l’aconit est connu depuis des temps reculés et des mixtures étaient déjà utilisées comme poison destiné aux pointes de flèches. À l’aube de la civilisation occidentale, les Romains, les Grecs et les Arabes utilisaient l’aconit comme substance de guerre, mais également pour tuer les bêtes sauvages et bien sûr pour supprimer les conjoints gênants, les ennemis politiques et les adversaires.

Quelques grammes de racine d’aconit peuvent sembler une petite quantité, mais ils sont suffisants pour provoquer d’affreux symptômes et une mort très douloureuse en quelques heures. En revanche, il est possible d’utiliser un bon dosage de racine d’aconit ou de l’aconitine pure comme antidouleur, pour prévenir les infections et pour agrandir les veines, par exemple dans le traitement des maladies coronariennes. Même si l’aconit est censé être moins toxique dans les pays froids, il ne serait pas sage de la goûter.

Les beaux aconits sont généralement cultivés dans les jardins pour leurs qualités ornementales. Outre l’aconit du Portugal, les espèces populaires cultivées en Finlande sont l’aconit panaché (A. × stoerkianum), dont la couleur des fleurs va de mouchetures bleues et blanches au mauve selon la variété. L’aconit tue-loup (A. lycoctonum) est parfois observée à l’état sauvage en Finlande. Au-dessus de sa fleur, un pétale en forme de casque apparaît nettement au-dessus par rapport aux espèces proches, et ses feuilles sont moins lobées. Lui aussi est parfois cultivé dans les jardins, bien qu’il y rencontre moins de succès.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page