Symphyotrichum novi-belgii Symphyotrichum novi-belgii

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Aster x salignus

 

  • Famille : Famille de la marguerite – Asteraceae (Compositae)
  • Type de croissance : Herbacée vivace.
  • Hauteur : 60–130 cm. Tige très ramifiée au sommet, velue, soies à poils courts au moins au sommet. Forme des stations grâce à ses stolons souterrains.
  • Fleur : Capitules de 2–3 cm de diamètre, de type fleur simple, entourés de bractées involucrées. Fleurons périphériques du capitule blanc–violet clair, ligulés ; fleurons centraux jaunes, tubulés, petits. Cinq étamines. Gynécée constitué de deux carpelles soudés. Bractées involucrées disposées en 2–3 rangées, souvent déployées, de même longueur, effilées, généralement munies de bords membraneux à leur base. Capitule organisé en corymbe.
  • Feuilles : Alternes, sessiles, non amplexicaules. Limbe ové et lancéolé, long et effilé, à dents aigus clairsemées, à poils courts, rugueux.
  • Fruit : Ne se développe pas.
  • Habitat : Littoral, bords de fossés, bords de routes, friches, jardins, parcs. Ornementale, naturalisée autour des vieux jardins.
  • Période de floraison : Août–octobre.

Aster x salignus est un croisement entre l’aster de Nouvelle-Belgique (Symphyotrichum novi-belgii, autre nom latin Aster novi-belgii) et l’aster à feuilles lancéolées (Symphyotrichum lanceolatum, autre nom latin Aster lanceolatus), mais il se comporte comme une espèce indépendante. L’hybride a été créé par des jardiniers qui recherchaient de nouvelles vivaces. Aster x salignus est une plante ornementale ravissante qui se contente de peu. Elle pousse dans les vieux jardins et se naturalise souvent à partir des lieux où elle a été plantée. C’est probablement pour cette raison qu’ Aster x salignus a été remplacé dans les jardins contemporains par des espèces ou variétés d’asters qui se comportent mieux et qui sont plus imposantes. Aster x salignus démontre également sa vigueur lorsqu’il retourne à l’état sauvage, où il forme des stations de grande taille. Il pousse occasionnellement à l’état sauvage en Finlande depuis le 19e siècle, mais n’est devenu commun que bien plus tard. Il s’est probablement échappé des jardins, surtout sous forme de déchets organiques contenant des morceaux de racines qui ont voyagé par voie maritime et se sont déposés sur les rivages des rivières. De là, l’espèce s’est disséminée progressivement en aval, jusqu’à l’embouchure du fleuve, et elle a colonisé le territoire des grandes herbacées finlandaises. Il existe encore des peuplements distincts dans de nombreux lieux situés autour des zones inhabitées, près des lotissements et sur les friches. Les petites stations ne se remarquent généralement que lorsqu’elles commencent à fleurir, ce qui arrive très tard, pas avant l’automne.

De nombreuses variétés d’asters de Nouvelle-Belgique, espèce parente d’ Aster x salignus, sont cultivées dans les jardins finlandais. L’espèce la plus courante dans les plates-bandes de vivaces semble être la variété native de petite taille et peu développée, dont l’origine exacte est difficile à déterminer. Elle s’est remarquablement bien adaptée aux conditions climatiques finlandaises. En Finlande, les asters de Nouvelle-Belgique commencent à fleurir lorsque l’automne arrive, mais la variété finlandaise fleurit dès le milieu de l’été. L’espèce n’a aucune exigence, ce qui lui permet de survivre longtemps sans soin. Aster x salignus ressemble beaucoup à l’aster de Nouvelle-Belgique, dont il diffère seulement par ses dimensions supérieures, ses fleurs plus petites et la base étroite de ses feuilles supérieures. Les feuilles de l’aster de Nouvelle-Belgique sont en revanche toujours légèrement amplexicaules. Les variétés ornementales cultivées d’asters se sont croisées si souvent que la distinction précise entre espèces est impossible.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page