© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Céraiste à cinq étamines

Cerastium semidecandrum

  • Synonyme : Céraiste des sables
  • Famille : Famille de l’œillet – Caryophyllaceae
  • Type de croissance : Herbacée annuelle.
  • Hauteur : 5–12 cm. Tige dressée–droite, poilue, couronne munie de poils glanduleux, pousses basales non fleuries absentes.
  • Fleur : Corolle régulière (actinomorphe), blanche, env. 1 cm de large ; cinq pétales, 2–4 mm de long, plus courts que les sépales (parfois plus longs), étroitement bilobés, parfois de taille et de forme variable. Cinq sépales, lancéolés, effilés, velus, glabres à l’extrémité, à bords largement membraneux. Étamines généralement au nombre de 5–10, le plus souvent cinq. Gynécée syncarpe, généralement à cinq styles. Inflorescence : cyme à deux ramifications, 10–40 fleurs ; bractées munies de bords à large membrane.
  • Feuilles : Opposées, munies de pétiole. Limbe elliptique, poilu, à bord entier, vert grisâtre.
  • Fruit : Capsule cylindrique, droite–légèrement recourbée, 5–7 mm de long partagée en (9–)10 lobes.
  • Habitat : Rocailles, prairies ensoleillées, coteaux sablonneux, bords de voies ferrées, bords de routes, friches.
  • Période de floraison : Mai–juin.

Le céraiste à cinq étamines est une plante qui aime les biotopes secs, ouverts et sablonneux. Il fleurit au printemps et au début de l’été, en utilisant l’humidité du printemps. Les fleurs du céraiste à cinq étamines sont visitées surtout par les mouches et les abeilles, et les espèces annuelles assurent souvent la fécondation par autopollinisation. Le céraiste à cinq étamines fait mûrir ses graines, puis il fane et meurt au milieu de l’été. Les graines ne sont pas gênées par le niveau de la Baltique et lorsqu’elles ont germé, elles peuvent même flotter pendant au moins un mois sans en souffrir. Le céraiste à cinq étamines se dissémine jusqu’en Finlande probablement à l’aide des courants : il est relativement rare sur la côte méridionale par rapport à l’archipel du sud-ouest, où il est très courant. Occasionnellement, l’espèce pousse également plus au nord et plus à l’intérieur des terres. Le céraiste à cinq étamines est un élément essentiel de la couverture végétale naturelle des collines et des rocailles, mais il s’est également adapté aux activités humaines en occupant de nouveaux territoires, par exemple les terrains de sport et les bords des routes.

Il peut être difficile de distinguer le céraiste à cinq étamines du céraiste poisseux (C. glutinosum) car les deux espèces présentent des poils collants. Les différences sont toutefois bien présentes pour ceux qui savent où rechercher : les pédoncules des fleurs du céraiste à cinq étamines sont descendants et obliques à la fin de sa période de floraison, et les bractées ainsi que les sépales possèdent de larges bords membraneux, tandis que les pédoncules des fleurs du céraiste poisseux sont dressés ou ascendants-obliques, et que ses bractées et ses sépales ont des bords membraneux étroits. Le céraiste à cinq étamines diffère du céraiste commun (C. fontanum) car il ne possède pas de pousses non fleuries. Une loupe peut être nécessaire pour distinguer un petit céraiste commun à poils glanduleux, qui ne possède pas de pousses basales, d’un céraiste à cinq étamines : l’extrémité des poils glanduleux du céraiste à cinq étamine est arrondie, tandis que chez le céraiste commun, elle est toujours effilée.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!



Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page