© Copyright: Images: Jorma Karjalainen. All rights reserved.

Céraiste arctique

Cerastium nigrescens

  • Synonyme latin : Cerastium arcticum
  • Famille : Famille de l’œillet – Caryophyllaceae
  • Type de croissance : Herbacée vivace. Touffe dense.
  • Hauteur : 5–10 cm. Tige dressée, recouverte de longs poils.
  • Fleur : Corolle régulière (actinomorphe), blanche, env. 1–2 cm de large ; cinq pétales, env. 8–13 mm de long, 1,5–2 fois plus longs que les sépales, étroitement bilobés. Cinq sépales, elliptiques, à poils glanduleux clairsemés, bords munis de membranes étroites ; base du calice ronde. Étamines généralement au nombre de dix. Gynécée syncarpe, cinq styles. Fleurs généralement au nombre d’un ou de deux, peu développées ; bords membraneux sur bractées d’une largeur max. de 0,2 mm.
  • Feuilles : Opposées, munies de pétiole. Limbe largement elliptique–lancéolé, muni de bords entiers, à longs poils clairsemés–glabre, bords ciliés.
  • Fruit : Capsule cylindrique, presque droite, 9–16 mm de long, partagée en dix lobes.
  • Habitat : Sites de névés sur fjelds, prairies de fonte, ravins, rives sablonneuses.
  • Période de floraison : Juillet–août.

Le céraiste arctique est protégé partout en Finlande.

Au nord, le céraiste arctique a été observé en floraison partout ou de la terre ferme est présente. En Finlande, le céraiste arctique pousse quelques fois sur les fjelds Enontekiö du nord-ouest et il n’est réellement commun, compte tenu des conditions extrêmes, sur le point culminant de Finlande, Halti ; des stations compactes poussent également ailleurs, par exemple sur le fjeld Saana. Le biotope de l’espèce permet de comprendre qu’elle privilégie les climats très froids. Pour observer le céraiste arctique, il est nécessaire de grimper jusqu’aux points les plus élevés de la toundra de fjeld et rechercher les gravières humides à la lisière des névés ou à proximité des ruisseaux de fonte. Il faut un certain effort pour trouver l’espèce car le nombre de stations est généralement limité et les petites plantes peuvent passer inaperçues.

Sur la toundra de fjeld et légèrement au-dessus de la ceinture forestière, tout un groupe de céraistes et de mourons à fleurs blanches (Stellaria) poussent. Les fleurs des deux genres possèdent cinq pétales, mais celles du mouron sont si profondément lobées qu’elles semblent en avoir dix. Parmi ses parents proches, le céraiste arctique est facile à confondre avec un autre céraiste de fjelds à grandes fleurs : le céraiste des Alpes (C. alpinum), et plus particulièrement la ssp. lanatum des trois sous-espèces. Il est possible d’effectuer une classification définitive sur la base de subtiles différences entre leurs sépales et leurs bractées, mais il est presque indispensable de se munir d’une loupe. Le céraiste arctique se distingue généralement par son port en touffe étroite et son feuillage dense. Les céraistes de fjelds peuvent s’hybrider, notamment le céraiste arctique avec le céraiste des Alpes et le céraiste commun, ssp. fontanum.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!



Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page