Dracocephalum ruyschiana

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Dracocéphale de Sibérie

Dracocephalum sibiricum

  • Famille : Famille de la menthe – Lamiaceae (Labiatae)
  • Type de croissance : Herbacée vivace.
  • Hauteur : 60–80 cm. Tige à poils courts–presque glabre.
  • Fleur : Corolle irrégulière (zygomorphe), violet foncé, 25–40 mm de long, plus de deux fois la longueur du calice, bilabiée, tube fin. Lèvre supérieure bilobée, étroite, convexe ; lèvre inférieure trilobée, lobe central nettement plus grand que les lobes latéraux. Calice bilabié, pentalobé, à 15 nervures, partiellement violet foncé. Lèvre supérieure trilobée, lobes presque de même taille. Quatre étamines, dont deux longues et deux courtes. Gynécée constitué de deux carpelles soudés. Inflorescence en épi ; verticille désordonné et irrégulier.
  • Feuilles : Opposées et munies de pétiole. Limbe de la feuille lancéolé–étroitement ové, à extrémité effilée, base mince, émoussée ou cordiforme, bords dentés.
  • Fruit : Schizocarpe à quatre sections.
  • Habitat : Jardins, parcs, bords de routes, friches et champs.
  • Période de floraison : Juin–août.

Les dracocéphales diffèrent des cataires (Nepeta) et du lierre terrestre (Glechoma) par leur inflorescence en épi et par les détails structurels de la fleur. Toutefois, dans de nombreux cas, la frontière qui sépare les espèces n’est pas si nette : le dracocéphale de Sibérie, qui est cultivé en tant que plante ornementale et qui pousse occasionnellement à l’état sauvage en Finlande, est souvent classifié, notamment dans la littérature ancienne, comme une cataire Nepeta sibirica. Si l’espèce ressemble à de nombreuses cataires, les détails de la fleur indiquent qu’il s’agit clairement d’un dracocéphale. Le nom scientifique du genre Dracocephalum fait référence à la forme caractéristique de la fleur. Il se compose des mots grecs drakón, « dragon » et kefalé, « tête ». Vue sous certains angles, la fleur peut en effet rappeler la tête d’un dragon.

Aucun dracocéphale n’est originaire de Finlande, mais quelques espèces s’y sont plus ou moins établies à l’état sauvage et celles qui sont cultivées pour leurs qualités ornementales arrivent parfois à se naturaliser. Le dracocéphale de Sibérie est une plante très résistante qui pousse longtemps dans les lieux où on l’a planté ou là où il s’est établi. La tête de dragon (D. ruyschiana) est également cultivée dans les jardins finlandais. Les espèces sont faciles à distinguer, notamment grâce aux feuilles : celles de la tête de dragon sont linéaires et entières, tandis que celles du dracocéphale de Sibérie sont plus larges et dentelées.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page