© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Mouron rouge

Anagallis arvensis

  • Synonyme : Mouron des champs, fausse-morgeline
  • Famille : Famille de la primevère – Primulaceae
  • Type de croissance : Herbacée annuelle.
  • Hauteur : 3–40 cm. Tige souple–dressée, très ramifiée à partir de la base, quadrangulaire.
  • Fleur : Corolle régulière (actinomorphe), en forme de roue, rouge brique ou parfois bleue, 8–14 mm de large, soudée, profondément pentalobée. Calice lobé jusqu’à la base, lobes étroits à extrémité pointue. Cinq étamines. Gynécée soudé, style unique. Fleurs généralement organisées en paires axillaires.
  • Feuilles : Opposées, munies de pétiole. Limbe ovoïde–elliptique, revers poilu, moucheté de noir, bord blanchâtre, densément poilu et entier.
  • Fruit : Longue capsule sphérique de 5 mm munie d’un opercule d’ouverture.
  • Habitat : Jardins, champs, bords de routes, friches, décharges, dépôts de sols de ballast. Exotique occasionnelle.
  • Période de floraison : Juin–septembre.

Le mouron rouge est une plante délicate qui appartient à la famille de la primevère. On le trouve souvent le long des chemins. Il est présent presque partout en Europe. C’est un mauvais compétiteur qui préfère les lieux où le sol est presque sans végétaux. On le trouve donc dans des lieux tels que les champs et les jardins, et autrefois dans les gisements de sols de ballast.

Le nom scientifique du mouron rouge « l’ornement des champs » lui va très bien. C’est une plante intéressante et rare. Ses fleurs se ferment en milieu de journée, ce qui est à l’origine de l’un de ses noms en anglais : John-go-to-bed-at-noon (John se couche à midi). De plus, elles se ferment très tôt lorsque le ciel s’obscurcit ou si la pluie approche, ce qui est à l’origine d’un autre nom en anglais pour la plante : Poorman’s Barometer (le baromètre du pauvre). L’espèce présente des formes à fleurs rouges ou bleues, les premières étant plus courantes dans le sud de l’Europe et les secondes dans le nord. Selon les herboristes d’Europe centrale, la forme à fleurs rouges est particulièrement recommandée pour les hommes, tandis que les plantes à fleurs bleues sont destinées aux femmes. Toutefois, des recherches ont pu démontrer la présence de saponines toxiques dans les pousses et de la cyclamine dans les racines. Les personnes à la peau sensible peuvent mal réagir à la suite d’un simple contact avec la plante.

L’autre représentant du genre Anagallis présent en Finlande est le mouron nain (A. minima). Il est plus petit, ses fleurs sont rose ou blanches et il préfère la côte.

Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page