Agrostemma gracilis Agrostemma gracilis Agrostemma gracilis

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Nielle des blés

Agrostemma githago

  • Synonyme : Œillet des champs
  • Famille : Famille de l’œillet – Caryophyllaceae
  • Type de croissance : Herbacée annuelle.
  • Hauteur : 30–60 cm. Tige non ramifiée, poilue.
  • Fleur : Corolle régulière (actinomorphe), magenta, environ 3 cm de diamètre ; cinq pétales, 2–3,5 cm de long, à extrémité légèrement échancrée. Calice soudé, pentalobé, lobes linéaires, plus longs que la corolle. Étamines généralement au nombre de dix. Gynécée syncarpe, cinq styles. Fleurs à l’extrémité de la tige, souvent également dans les aisselles supérieures.
  • Feuilles : Opposées, sessiles, réunies à la base. Limbe linéaire, effilé, poilu, à bord entier.
  • Fruit : Capsule ovoïde, comportant cinq lobes à l’intérieur du tube du calice.
  • Habitat : Champs de seigle et jachères, rives sèches, friches, voies ferrées, ports. Également plante ornementale.
  • Période de floraison : Juin–juillet.

La nielle des blés est une mauvaise herbe, présente dans les récoltes de grains depuis des millénaires. Elle poussait en Europe autour des premières zones habitées à l’Âge de la pierre et des signes de sa présence, recouverts par les cendres volcaniques, ont été découverts à Pompéi. La nielle des blés était autrefois une mauvaise herbe très commune dans les champs de seigle de l’archipel du sud-ouest. Ailleurs en Finlande, elle a occupé une position d’exotique très commune, notamment dans les champs dans lesquels a été plantée de l’avoine russe. La nielle des blés est également devenue plus courante dans les années qui ont suivi les mauvaises récoltes car il a fallu alors importer des semences.

Toute la plante, et plus particulièrement les graines, contient des composés toxiques qui peuvent altérer la farine s’ils ne sont pas retirés : ils donnent un mauvais goût et, en plus grandes quantités, peuvent provoquer des nausées, voire des symptômes plus graves. On a affirmé que cinq graines suffisait à provoquer la mort par paralysie du système respiratoire. Comme de nombreuses plantes annuelles, la nielle des blés produit beaucoup de graines, jusqu’à 2 500 à partir d’un seul pied. Elle aime les sols cultivés et peut passer l’hiver mêlée aux graines des récoltes dans les silos à grains. Au siècle dernier, elle a beaucoup souffert des changements qui ont été apportés aux méthodes agricoles, notamment le développement du nettoyage plus efficace des graines, et elle s’est presque éteinte en Finlande dans les années 60.

Aujourd’hui, la nielle des blés pousse en tant qu’exotique occasionnelle partout en Finlande sauf en Laponie du nord, le long des voies ferrées, dans les ports et sur les rivages secs et les friches. Il faut toutefois un peu de chance pour la trouver, et de nombreux férus de botanique ne sont jamais arrivés à l’observer à l’état sauvage. La nielle des blés, ainsi que la nielle frêle (A. gracilis) qui lui est apparentée, sont également cultivées aujourd’hui comme plantes ornementales. Il est facile de distinguer les deux espèces en observant les lobes du calice, qui sont plus courts que la corolle chez la nielle frêle et plus longues chez la nielle des blés.

Autres espèces de la même famille

Follow us!



Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page