© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Ortie royale

Galeopsis tetrahit

  • Famille : Famille de la menthe – Lamiaceae (Labiatae)
  • Hauteur : 20–70 cm
  • Fleur : Corolle bilabiée, velue, 15–20 mm de long, comportant cinq pétales fusionnés, de couleur rose à violet présentant une tache jaune dans la gorge et munie d’une lèvre inférieure trilobée plus sombre, généralement dotée de marques noires et de larges bords pâles. Lobe central de la lèvre inférieure plat, presque carré, pointe plus ou moins arrondie. Lèvre supérieure convexe. Calice régulier, en forme de cloche, constitué de 5 sépales velus regroupés. Lobes du calice minces mais rigides, pointus, se terminant en une surface hérissée de poils glanduleux à pointes rouges. Pistil constitué de deux carpelles soudés, ovaire à quatre sections, style solitaire, stigmate bilobé. Quatre étamines, deux longues, deux courtes, toutes fixées sous la gorge de la corolle.
  • Feuilles : Opposées et pédonculées. Limbe ovoïde, muni d’un long point effilé, de glabre à velu, bords présentant de larges dents.
  • Fruit : Schizocarpe à quatre parties. Méricarpe ovale, légèrement aplati, brun.
  • Habitat : Terrains cultivés, terrain vague, rocailles.
  • Période de floraison : Juillet–septembre.

L’ortie royale est une mauvaise herbe annuelle nettement nitrophile. En Finlande, c’est un envahisseur plus commun dans les habitats humains, par exemple les enclos à bétail et les décharges, que son proche parent G. bifida. Les graines de cette espèce ne vivent pas très longtemps. Elles peuvent perdre leur viabilité germinative après seulement trois ans.

L’ortie royale est difficile à distinguer de G. bifida. Les deux espèces diffèrent par la corolle. Le lobe central de la lèvre inférieure de G. bifida est dentelé et nettement plus long que large. De plus, les entrenœuds présents sur sa tige sont généralement densément velus. Des poils glanduleux à pointe pâle peuvent se trouver sous les nœuds. Les entrenœuds de l’ortie royale présentent des poils courts ou sont glabres sur la moitié inférieure, et les poils glanduleux sous les nœuds possèdent des pointes rouges.

L’ortie royale se distingue des lamiers (Lamium spp.) par la nervation de ses feuilles. Les limbes de ses feuilles présentent des nervures pennées, tandis que la plupart des lamiers sont nettement veinés en réseau. Les structures florales des deux genres diffèrent également. En outre, les lamiers présentent une corolle bilabiée, mais les lobes latéraux de la lèvre inférieure sont petits, fusionnés au lobe central ou absent.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page