Condolida ajacis Condolida ajacis Consolida orientalis

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Pied d’alouette royal

Delphinium consolida

  • Synonyme : Dauphinelle consoude, dauphinelle des champs, dauphinelle royale
  • Famille : Famille du bouton d’or – Ranunculaceae
  • Type de croissance : Herbacée annuelle.
  • Hauteur : 20–50 cm. Tige ramifiée à partir de l’inflorescence, partie inférieure glabre, partie supérieure poilue.
  • Fleur : Périanthe irrégulier (zygomorphe), violet, parfois bleu foncé ou violet-rouge, souvent légèrement moucheté, 18–35 mm de large. Cinq sépales, pétaloïdes, sépale supérieur muni d’un éperon de 15–25 mm de long. Un pétale, limbe trilobé. Cinq étamines. Carpelle unique. Inflorescence : racème très large, peu ramifiée, très désordonné.
  • Feuilles : Alternes, feuilles inférieures à long pétiole, feuilles supérieures presque sessiles. Limbe deux fois trilobé, lobes étroitement linéaires.
  • Fruit : Follicule solitaire généralement glabre, parfois muni de poils clairsemés, 8–15 mm de long.
  • Habitat : Champs, terres de jachère, rivages, moulins, ports, voies ferrées, décharges.
  • Période de floraison : Juin–août.

Le pied d’alouette royal est originaire des pays méditerranéens et du Moyen-Orient. Seules quelques espèces ont réussi à étendre leur aire de répartition jusqu’à la Finlande, ce qui n’a été possible qu’avec l’aide de l’homme. Le pied d’alouette royal était autrefois une mauvaise herbe commune dans les champs des îles Åland et dans le sud-ouest de la Finlande, mais il était rare et occasionnel ailleurs. Comme de nombreuses mauvaises herbes de champ, l’espèce survit en hiver sous forme de graines dans les silos. Une plus grande efficacité dans le nettoyage des graines a entraîné un déclin du pied d’alouette royal. On le trouve aujourd’hui près des moulins, des ports, des voies ferrées et dans d’autres zones très fréquentées. Les agriculteurs ne regrettent pas l’espèce car les petites graines qui se mélangent à la farine contiennent des alcaloïdes toxiques, tout comme toute la tige. La toxicité est similaire à celle de l’aconit, mais elle est moins prononcée. Le poison peut être bien sûr utilisé à bon escient : les graines de la fleur ont été utilisées dans des traitements du cancer et pour évacuer les vers internes. Pour un naturaliste, le pied d’alouette royal est une plante agréable à regarder, même si elle est toxique.

La dauphinelle cultivée (D. ajacis), également connue sous les noms de dauphinelle d’Ajax et de dauphinelle des jardins) et le delphinium oriental (D. hispanicum) sont des fleurs estivales prisées dans les jardins, qui arrivent parfois à se naturaliser sur de courtes distances.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page