Thalictrum minus ssp. kemense Thalictrum minus ssp. kemense

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Pigamon des rochers

Thalictrum minus

  • Synonyme : Mont Olympe
  • Famille : Famille du bouton d’or – Ranunculaceae
  • Type de croissance : Herbacée vivace. Rhizome court.
  • Hauteur : 40–130 cm. Partie supérieure ramifiée, légèrement rainurée, parfois munie de poils glanduleux.
  • Fleur : Régulière (actinomorphe), jaune, env. 1 cm de diamètre. Sans pétale. 4–5 sépales, verdâtres ou violets, fanant hâtivement. Nombreuses étamines, très dressées, filaments d’env. 5 mm de long, jaunes, anthères d’env. 3 mm de long, effilées. Gynécée distinct, plusieurs pistils. Inflorescence : corymbe composé à courtes ramifications, à fleurs clairsemées–abondantes, généralement feuillu, fleurs très dressées.
  • Feuilles : Alternes, munies de pétiole, stipulées. 3–5 feuilles caulinaires. Limbe triangulaire, au moins aussi large que long, tripennées ou quadripennées. Folioles souvent très arrondies, vert vif, très fines, trilobées à pentalobées à l’extrémité, lobes à extrémité courte et sur les grosses feuilles légèrement dirigées vers l’extérieur.
  • Fruit : Akène non pédonculé, doté de 8 cannelures, à extrémité pointue, parfois glanduleux, 2,5–5 mm de long.
  • Habitat : Haies vives de bords de ruisseaux, prairies de rivages. Plante ornementale de prairie et naturalisée.
  • Période de floraison : Juillet–août.

La sous-espèce (kemense) est menacée et protégée dans toute la Finlande.

Le pigamon des rochers est une espèce extrêmement diversifiée qui comprend de nombreuses formes difficiles à distinguer. Ces formes sont parfois elles-mêmes subdivisées en sous-espèces. L’espèce peut varier en termes de taille, de ramification, de forme de l’inflorescence et de taille de l’akène. En Finlande, notre sous-espèce native assez cohérente (kemense) possède une vaste aire de répartition. Les étendues les plus orientales sont la péninsule de Kamchatka en Russie et les Îles Kouriles au sud et en Chine. À partir de sa limite orientale, l’espèce avance constamment vers la Sibérie et le nord de la Russie, et la limite occidentale de son habitat se situe entre les plages de la mer Blanche et du lac Ääninen. Ses aires de répartition les plus à l’ouest se situent dans le comté de Finnmark dans le nord de la Norvège, ainsi qu’à Kemi en Laponie du sud-ouest, et à Inari et Utsjoki à l’Est. Malgré son nom latin, la plante ne pousse pas dans la zone de la rivière Kemi, mais elle est associée à la zone inondable de la rivière Teno.

Environ 50 peuplements de kemense ont été identifiés en Laponie finlandaise. Leur taille va de 10 à 50 plantes. Il faut être particulièrement attentif et disposer de bonnes jambes pour trouver cette espèce dans la nature. Les randonneurs qui évoluent dans le parc national Kevo doivent garder les yeux bien ouverts lorsqu’ils rencontrent ses habitats caractéristiques, c’est-à-dire les forêts de feuillus et les haies vives. On peut également trouver kemense plus au sud car l’espèce s’est naturalisée dans quelques sites de la Finlande centrale sur des rivages et dans des amoncellements de mauvaises herbes. Il est totalement impossible de déterminer l’origine de la plante cultivée en raison des nombreuses mutations du pigamon des rochers. L’espèce a aujourd’hui presque complètement disparu des jardins, bien qu’il s’agisse d’une belle plante à feuilles fines. Celles-ci, qui rappellent vaguement celles du capillaire, étaient autrefois utilisées comme feuillage décoratif dans les bouquets de fleurs.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!

Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page