© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Pilosella Cauligera

Pilosella sect. Cauligera

  • Famille : Famille du pissenlit – Cichoriaceae
  • Type de croissance : Herbacée vivace. Souvent munie de stolons.
  • Hauteur : 30–70 (–120) cm. Tige non ramifiée, poilue, à feuilles éparses–sans feuille, de type scape.f
  • Fleur : Capitules généralement de 1,5–2 cm de diamètre, de type fleur simple, entourés de bractées involucrées. Fleurons périphériques du capitule jaunes (fleurons externes présentant souvent des striures rouges sur le revers, parfois complètement jaune-rougeâtre ou orange), ligulés, extrémité possédant 5 dents. Cinq étamines. Gynécée constitué de deux carpelles soudés. Bractées involucrées disposées en nombreux rangs, à poils diversement glanduleux, dressés et en étoile. Capitules enserrés dans un corymbe ou une ombelle à l’extrémité d’une scape sessile.
  • Feuilles : Presque sessiles sur la rosette basale. Limbe linéaire–étroitement elliptique, muni de bords entiers (parfois dentelés), généralement densément recouvert de poils drus et en forme d’étoiles, parfois glanduleux.
  • Fruit : Akène ronde, rainurée, 1,5–2,5 mm de long, présentant des poils non ramifiés blanc cassé–marron clair à son extrémité.
  • Habitat : Prairies, plages, fossés, pâturages, rocailles, lisières de forêts, pelouses, chemins, parcs, toundra de fjeld.
  • Période de floraison : Juin–juillet.

Dans le groupe vaste et varié des épervières, le genre Piloselle se distingue avec ses plantes à rosette basale et à scape à plusieurs stolons. Le genre est souvent divisé en deux sous-genres : le groupe de l’épervière (groupe P. Pilosellina) qui possède un seul capitule tandis que les espèces du groupe P. Cauligerata possèdent de nombreux capitules regroupés dans une ombelle.

Comme chez les autres espèces d’épervières, les graines de Piloselle sont partiellement obtenues de manière sexuée, ce qui est le mode de reproduction de la plupart des plantes, et partiellement sans fécondation, de manière apomictique. Ce dernier mode de reproduction produit une quantité presque infinie de micro-espèces qui présentent toutes de petites variations. Les limites entre espèces d’épervières, qui se reproduisent partiellement par voie sexuée, sont souvent floues et arbitraires. Les espèces sont regroupées en fonction de nombreux critères et une classification généralement acceptée reste à établir. Aujourd’hui, le genre est subdivisé en sous-genres, eux-mêmes subdivisés en sous-groupes, ainsi qu’en croisements entre espèces. Définir précisément Cauligera donne du fil à retordre aux botanistes. C’est la raison pour laquelle nous ne présentons sur ces pages qu’un seul groupe.

Les espèces Cauligera poussent principalement dans des prairies sèches et le long des rivages. Elles privilégient également les bouses d’animaux, ainsi que le schiste et les talus situés le long des voies ferrées. La plupart des micro-espèces voyagent avec les gens, même si certains spécimens qui poussent sur les rivages sont probablement natifs de la Finlande. Avec ses capitules jaune-orange qui attirent l’attention, l’épervière orangée (Piloselle aurantiaca) se distingue des tons de jaune qui caractérisent normalement Cauligera. P. floribunda, P. lactuella, l’épervière élevée (P. praealta; également appelée épervière trompeuse), P. cymosa et l’épervière des prés (P. caespitosa) sont des micro-espèces qui méritent d’être citées.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!



Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page