© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Saxifrage cespiteux

Saxifraga cespitosa

  • Famille : Famille de la saxifrage – Saxifragaceae
  • Type de croissance : Herbacée vivace. Touffe dense.
  • Hauteur : 5–15 cm. Tige munie de feuilles éparses, glanduleuse-poilue, souvent rougeâtre.
  • Fleur : Corolle régulière (actinomorphe), blanche, parfois rougeâtre ou jaunâtre, munie d’écailles verdâtres, environ 1 cm de large, cinq pétales, 4–6 mm de long, presque deux fois plus longue que le calice. Cinq sépales. Dix étamines. Gynécée à deux styles, formé de deux carpelles soudés. Inflorescence : Grappe de un à trois fleurs.
  • Feuilles : En rosette basale et alternes le long de la tige, à pétiole court. Limbe des feuilles en rosette spatulé, glanduleux-poilu, vert clair, parfois rougeâtre, de trilobé à pentalobé, dentelé, lobes peu marqués. Limbe des feuilles caulinaires linéaire et entier.
  • Fruit : Capsule à deux sections.
  • Habitat : Rocailles de Laponie, landes exposées au vent, terrains gelés, crevasses, gravières, landes de fjeld.
  • Période de floraison : Juillet–août.

Le saxifrage cespiteux est une plante protégée du sud de la province d’Oulu, qui se trouvent immédiatement au sud de la Laponie.

Le nom scientifique de la plante Saxifraga provient des mots latins saxum (rocher) et frago (casser). Deux explications ont été fournies pour expliquer l’origine du nom. La plupart des plantes de la famille de la saxifrage préfèrent les habitats rocailleux et elles donnent souvent l’impression de casser le rocher sur lequel elles poussent. Son nom peut également avoir un rapport avec l’usage médicinal de la plante : à l’ère de la sémiotique, la doctrine des signes considérait que les caractéristiques de la plante indiquaient ses propriétés. Les plantes de la famille du saxifrage ont ainsi été considérées comme un traitement valable pour les calculs rénaux.

Le saxifrage cespiteux pousse en touffes serrés jusqu’à recouvrir le sol. Ce mode de croissance protège la plante des climats nordiques souvent peu favorables : l’évaporation est réduite, les risques liés aux vents forts et aux gels diminuent et la base fait corps avec le sol. Comme de nombreuses autres plantes de fjelds, l’espèce est autogamme : les étamines s’inclinent sur les stigmates pour y déposer leur pollen.

Autres espèces du même genre
Autres espèces de la même famille

Follow us!



Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page