Calendula arvensis Calendula arvensis

© Copyright: Images : Jouko Lehmuskallio.
All rights reserved.

Souci officinal

Calendula officinalis

  • Famille : Famille de la marguerite – Asteraceae (Compositae)
  • Type de croissance : Herbacée annuelle.
  • Hauteur : 20–50 cm. Tige montante–dressée, partout poilue, poils glanduleux. Odeur repoussante.
  • Fleur : Capitules de 4–7 cm de large, de type fleur simple, entourés de bractées involucrées. Fleurons périphériques du capitule jaune–orange–rougeâtre ligulés, à extrémité tridentée ; fleurons centraux jaune–brunâtre, tubulés, petits (parfois toutes les fleurs sont ligulées). Cinq étamines. Gynécée constitué de deux carpelles soudés. 2 rangs de bractées involucrées, virtuellement linéaires. Capitule solitaire, à l’extrémité de la tige.
  • Feuilles : Alternes, avec ou sans pétiole, pétioles inférieurs ailés, feuilles supérieures amplexicaules. Limbe étroit, spatulé–long–elliptique, extrémité arrondie–légèrement pointue, avec bords entiers–peu dentelés, poilu.
  • Fruit : Cypsèle à long bec ou recourbée, recouverte d’épines.
  • Habitat : Bords de routes, décharges, friches, pelouses, plates-bandes. Ornementale, naturalisée.
  • Période de floraison : Juin–octobre.

Le souci officinal pousse à l’état sauvage en Europe du sud, mais il est difficile d’identifier son vrai territoire d’origine. En Finlande, c’est une fleur estivale populaire et elle pousse parfois à l’état sauvage. Les fleurs d’origine sauvages sont surtout orange, tandis que les variétés cultivées présentent des fleurs de différentes couleurs.

Le souci officinal était beaucoup utilisé dans la médecine traditionnelle des Grecs anciens, des Romains et en Arabie. Son principal emploi concerne le traitement de la peau. Des préparations au souci officinal sont utilisées pour le traitement de blessures mineures, des callosités, de l’eczéma, des démangeaisons, des brûlures, des morsures et piqures d’insectes, ainsi que des hémorroïdes. Le carotène présent dans le souci officinal participe au renouvellement des tissus de surface et ses propriétés antibactériennes préviennent les infections. Les pouvoirs du souci officinal sont également exploités par l’industrie de la beauté : on l’utilise dans les lotions, crèmes et autres cosmétiques. Utilisé dans le rinçage des cheveux, le souci officinal donne une teinte dorée aux cheveux blonds : il était d’ailleurs déjà utilisé par les femmes des Vikings il y a des centaines d’années. Dans le monde animal, on l’a également utilisé pour embellir le plumage des canaris. Le souci officinal a également été employé pour teindre les textiles en jaune. Parce que la plante possède de nombreuses huiles essentielles, elle a été utilisée comme ingrédient dans les parfums.

Le souci officinal sert également à faire des thés très agréables en petites quantités, et ses nombreux fleurons radiés s’adaptent à différents types de nourriture. Lorsque la fleur a atteint sa pleine maturité, le souci officinal présente une couleur proche du safran. Il sert d’ailleurs parfois d’ersatz à cette épice recherchée. À haute dose, le souci officinal présente toutefois un goût désagréable. Il est possible d’accommoder ses feuilles en salade. Elles ont parfois un goût sucré, mais sont le plus souvent amères. C’est également une plante qui attire les insectes pollinisateurs et repousse les nématodes du sol. Parce que les capitules du souci officinal ne s’ouvrent généralement pas lorsque la pression de l’air baisse, l’espèce peut servir de baromètre. Toutes ces propriétés en font une plante très polyvalente !

Autres espèces de la même famille

Follow us!



Identifier les espèces

Sivun alkuun / Top of the page